Article NR du 27 janvier 2019

Circuits courts en Indre-et-Loire : et s’ils sauvaient les épiceries ?

Publié le 27/01/2019 à 04:55 | Mis à jour le 27/01/2019 à 10:51

• Commerce
• Indre-et-Loire

article_NR_27.01.19_commerces-circuit-courtDe nouveaux débouchés pour les producteurs locaux. © Photo NR
Article rédigé par Magalie BASSET – Journaliste, rédactions d’Amboise et de Tours

Truyes et Azay-sur-Cher : ces communes périurbaines longtemps privées de commerce alimentaire viennent d’ouvrir une épicerie en circuits courts.

L’une est située au sud de Tours, l’autre à l’est, mais cela n’empêche pas ces deux communes périurbaines d’être sur la même longueur d’ondes. Truyes et Azay-sur-Cher, longtemps privées de commerce alimentaire de détail, ont chacune rouvert, à quelques jours d’intervalle, une épicerie dans leur centre-bourg. Particularité ? Ces deux magasins, La Charrette à Truyes et Ô panier d’Azay à Azay, écoulent tous les deux des produits issus de l’agriculture locale, les fameux « circuits courts ».
« Je suis très contente de donner moins d’argent au supermarché », annonce Stéphanie, qui remplit son panier à La Charrette, un mardi, en fin de journée. « Je suis arrivée à Truyes il y a presque cinq ans. Il n’y avait plus rien, ici, pour faire les courses. Avec l’ouverture de ce magasin, on change de rythme. »
Pour schématiser : la corvée des « pleins » à l’hyper n’est plus une fatalité. Retour au commerce de proximité, où on fait un saut plusieurs fois par semaine.
Redonner cette possibilité aux habitants, c’était la priorité des collectivités, dans ces communes implantées à une quinzaine de kilomètres de l’agglomération : Truyes se situe dans un bassin de vie qui rassemble 10.000 habitants. Et au sud du Cher, l’axe Azay-Véretz-Larçay en compte autant.
Les élus ont donc investi, soit pour construire – à Azay-sur-Cher –, soit pour rénover des locaux commerciaux en plein cœur de ces gros villages.
« Le matin, on a une clientèle ultra-locale, par exemple des petites dames qui habitent le bourg et qui ne conduisent pas », constate Jérôme Voisin, le directeur de La Charrette de Truyes. « On a ouvert fin novembre, et on le voit déjà : les habitants se croisent ici. Ils se reparlent. »
Surtout, à Azay-sur-Cher comme à Truyes, ce modèle offre des débouchés à l’agriculture locale de qualité, « et c’est ce qu’il faut défendre », relève Stéphane de Colbert, maire de Truyes : « On en a assez, d’acheter des produits dont on ne sait pas d’où ils viennent. La qualité proposée ici, il faut la faire connaître. »
Ô panier d’Azay vend les produits d’une trentaine d’agriculteurs, installés en moyenne dans un rayon de 50 km. La Charrette, à Truyes, pousse la logique plus loin, puisqu’il s’agit d’un magasin de producteurs qui pratique la vente sans intermédiaire.
Les recettes vont dans la poche des douze producteurs associés.

Près de l’école ou près de la crèche

Une épicerie, lieu de vie et service à hisser tout près des équipements vitaux des communes : crèche ou école ! A Truyes, le magasin La Charrette a été aménagé dans un local qui comprend aussi une micro-crèche qui accueille une douzaine d’enfants et un cabinet paramédical. La mairie a investi 500.000 € pour rénover l’ensemble du bâtiment, dont 150.000 € de subventions versés par la Région Centre – Val de Loire et le Pays Indre et Cher.
Ô panier d’Azay a été construit face à l’école d’Azay-sur-Cher. Coût : 220.000 € subventionnés à 80 % : Région, Département, aides liées aux territoires à énergie positive pour la croissance verte.

pratique

Ô panier d’Azay, 4, rue de la Poste à Azay-sur-Cher, tél. 09.87.71.21.07.
La Charrette, 4, rue du Clocher à Truyes, tél. 02.47.56.92.40.
C’est le deuxième magasin La Charrette du département : le premier a ouvert à Chambray-lès-Tours, près du lycée agricole, en 2008.